nuage nuage

Recherche dans le site

Accueil > Accueil > Les éditoriaux de Jean-Marie > Archives 2010 > Éditorial Semaine 10/2010 : Qualité des élevages de volailles en plein (...)

Éditorial Semaine 10/2010 : Qualité des élevages de volailles en plein air.

mardi 30 mars 2010, par LM


Bonjour et bienvenue,

Le 7 mars dernier, un visiteur a laissé à la suite de l’article Elevage plein air bio de poulets et pintades le commentaire que je reporte ci-dessous :

« Quelle honte d’elever des volailles dans des especes de boites en toles merci de me confirmer qu il ne fait pas 40 degres l ete merci egalement de me confirmer que les eleveur bio ne reviennent qu un an aptres sur le meme parcours sinon il s agit de volaille bio elever peu etre au grains mais surtout a la terre et a leur fiente il y a d ailleurs une photo tres significative devant un parc raser d herbe. »

Les propos tenus montrent que cette personne n’est ni éleveur, ni familière du monde agricole. Ils illustrent le fait qu’une grande partie de la population de nos pays industrialisés est complètement déconnectée de la réalité de l’agriculture et plus précisément ici de l’élevage.

Je ne remets pas en cause la bonne foi de cette personne qui n’a malheureusement pas laissé son adresse électronique pour que je puisse lui répondre directement. Mais ne vous laissez pas influencer par les photos publicitaires reproduites sur les étiquettes de volailles ou d’œufs vendus en grandes surfaces. Il s’agit tout au plus de « suggestions de conditions d’élevage » et n’ont pas de lien avec les élevages dont proviennent les produits vendus.
Si vous parcourez notre site, vous verrez que les photos présentées sont à chaque fois des clichés réalisés sur des élevages et non des reconstitutions léchées, car nous n’avons ni l’envie, ni les moyens de déformer la réalité pour faire « propre ».

De plus, évaluer un élevage exige un minimum d’expertise et d’expérience. Juger à partir de photos sans être venu sur place n’est pas sérieux et peut créer l’inverse de ce que cette personne recherche : le bien-être animal.
En effet, l’élevage présenté est un élevage bio dont les volailles vivent réellement en plein air dans des conditions que peu de leurs congénères connaissent, particulièrement dans les élevages en batterie !

Concernant les Technigîtes, ce ne sont pas de simples boîtes en tôle. Les Technigîtes sont des abris très performants conçus pour respecter autant les conditions de vie des animaux que les conditions de travail des éleveurs. Pour vous en persuader, ne vous contentez pas de regarder des photographies, mais consultez surtout la documentation en ligne. Vous trouverez dans la présentation des Technigites circulaires et du Technigîte Volaille (celui dont est équipé cet élevage) des textes, des schémas qui expliquent leur conception et leur fonctionnement.

Pour ce qui est des parcours, nous conseillons à nos clients éleveurs de volailles de changer de parc entre chaque lot, et pour les pondeuses au moins tous les six mois suivant le climat, le sol et la quantité de volailles par parc.

Pour rebondir sur la remarque de notre visiteur, un sol nu devant un abri est inévitable, car c’est une aire de passage intense où les volailles mangent et piétinent l’herbe. Pour analyser la qualité du parc, il faut l’inspecter dans son ensemble et avec du recul pour savoir :

- si le lot est en fin d’utilisation du parc ou en début,
- s’il y a eu récemment une pluviométrie importante, de la sècheresse, un froid important qui entraînent une destruction accélérée de l’herbe,
- si l’éleveur apporte ou non de la verdure ou du foin,
- si l’éleveur maîtrise son élevage ou s’il débute.

Il n’est en effet pas si simple d’appréhender la variété du sol et son comportement avec les aléas climatiques. Pour appuyer cet argument une dernière chose, tous les éleveurs qui s’installent nous demandent des conseils, car les établissements d’enseignement comme ceux de la recherche ne peuvent satisfaire leurs demandes !

Je pose enfin la question suivante : que penser des élevages ou coqs et poules grattaient un tas de fumier par tous les temps, et ceux où les poules (sans coq) sont dans un box de moins de 60 cm2 , le cul dans le bon sens, toujours à bonne température, avec assez de nourriture pour engraisser ou pondre et d’antibiotiques pour ne pas tomber malade (physiquement, car psychiquement elles sont détruites) ?

Je terminerai en reconnaissant bien volontiers que tout n’est pas parfait en élevage plein air et/ou bio. Il s’agit cependant de savoir quel principe d’élevage, au delà du bio même, nous consommateurs entendons soutenir ?

À vous la parole !

Respectueusement,

Jean-Marie GIBELIN
Fondateur et gérant de Plein Air Concept


Nous contacter



Suivre la vie du site RSS 2.0 Plan du site Espace privé Mentions légales Crédits SPIP