nuage nuage

Recherche dans le site

Accueil > Accueil > Les éditoriaux de Jean-Marie > Archives 2008 > Éditorial semaine 18/2008

Éditorial semaine 18/2008

mardi 8 juillet 2008, par LM


Bonjour et bienvenue,

Depuis un mois environ ont été lancées par le ministre de l’Agriculture Michel Barnier les Rencontres Animal et Société. Trois groupes de travail ("Les statuts de l’animal", "L’animal dans la ville" et "Animal, économie et territoires") doivent permettre de cerner quelle place nous accordons à l’animal dans nos sociétés et par conséquent quel sort nous lui réservons.

À Plein Air Concept nous suivons avec une attention particulière les débats du troisième groupe au sein duquel vont être abordées les questions de l’animal d’élevage.

Nous avons d’ailleurs apporté notre contribution à ces débats en remettant le document que vous pouvez consulter en le téléchargeant (voir dans la colonne de gauche de cet éditorial). Et même si les travaux des groupes ont déjà commencés, je vous encourage vivement à apporter vous aussi votre contribution en soumettant votre avis, vos témoignages… sur le site Internet des Rencontres Animal et Société, rubrique "Contribuez". Michel Barnier souhaite un large dialogue sur les liens entre « Animal et Société » engendrant "un débat ouvert, créant une véritable participation qui facilitera la prise de décision". Espérons que ce sera effectivement le cas et en attendant, ne le décevez pas : participez !

Au travers de son offre en techniques et équipements pour l’Élevage respectueux, Plein Air Concept s’est engagée depuis longtemps pour un élevage qui fort de la réalité des choses : les animaux sont des êtres vivants, s’appuie sur la satisfaction de leurs besoins pour améliorer leurs conditions d’élevage avec un bénéfice pour les conditions de travail des éleveurs, l’équilibre financier et sanitaire des exploitations, l’environnement, la santé des consommateurs, l’élevage des pays pauvres…

Tout comme Michel Barnier, je souhaite qu’une prise de conscience de tous (éleveurs, consommateurs, citoyens) permette d’avancer vers des pratiques qui respectent le bien-être des animaux (sans aucun anthropomorphisme) et permettent aux éleveurs d’être fiers de leur activité et à l’ensemble de la société de se nourrir sans goûter l’arrière goût amère que laisse — à ceux qui ne ferment pas les yeux — les produits issus d’un élevage au sein duquel les animaux, considérés comme de simples marchandises, sont entassés, manipulés, déplacés, transportés sans plus d’égard et parfois moins que ceux accordés à une automobile ou une pièce plastique sur une chaîne de montage…

Je terminerais ce long éditorial en vous proposant le texte de la quatrième de couverture du livre d’Elisabeth de Fontenay "Quand un animal te regarde" (Gallimard-Jeunesse Giboulées - Octobre 2006) :
"Quand il arrive qu’un animal me regarde, je me trouble parce que je ne sais pas du tout ce qui se passe dans sa tête. Et même, au fond, j’en viens à me demander comment il est possible que tant de bêtes existent sur la terre, dans l’air et dans l’eau : les unes si proches, les autres si différentes des hommes. Seuls les peintres, peut-être, ont su transmettre ce mystère. Une autre question me tourmente : qui nous a donné le droit de disposer des animaux comme de choses ? Ils éprouvent des émotions, ils ressentent du bien-être et de la douleur, ils n’ignorent pas l’angoisse. Cette sensibilité nous crée des devoirs envers eux, car un être humain digne de ce nom doit veiller sur plus faible que soi."

À très bientôt,

Jean-Marie Gibelin
Gérant de Plein Air Concept



Suivre la vie du site RSS 2.0 Plan du site Espace privé Mentions légales Crédits SPIP