nuage nuage

Recherche dans le site

Accueil > Accueil > Les éditoriaux de Jean-Marie > Archives 2017 > L’éditorial de Jean-Marie Gibelin : Le « BIO », sur la dernière décennie, a le (...)

L’éditorial de Jean-Marie Gibelin : Le « BIO », sur la dernière décennie, a le vent en poupe.

dimanche 22 octobre 2017, par LM


L’édito de Jean Marie, Septembre 2017

Bonjour à tou(te)s !

Les reportages de tous poils, appuyés par les données statistiques nous le rappellent régulièrement : Les consommateurs sont de plus en plus nombreux à se tourner vers les produits « BIO ». Les raisons principales de cet intérêt croissant pour le « BIO » sont de deux ordres.

La peur du bâton

Excès d’intermédiaires, législation trop laxiste, agriculteurs mal formés, enfin chaque pièce des différentes filières est en train de saboter« l’industrie agro-alimentaire », ce bel appareil qui, annoncé dans l’après-guerre, devait sortir le monde de la famine et hisser les agriculteurs vers des conditions de vie meilleures.

L’attrait de la carotte

Baisse des pollutions de l’air et de l’eau, alimentation saine et plus équilibrée amenant vers une meilleure santé et à terme la fin du « trou de la sécu » tout en rendant la vie possible de nos enfants.

Beaucoup ont l’impression que les beaux discours d’antan n’étaient que mascarade et cherchent des solutions dans le « BIO ». Mais attention, ne serait-il pas possible que les rouages agro-alimentaires qui nous ont amené là où nous en sommes, ne refassent pas exactement la même chose avec le « BIO » ? Le même processus de développement ne va-t-il pas aboutir aux mêmes travers ?

Vers un « BIO citoyen »

Les producteurs, dans leur grande majorité, ne voient plus d’avenir sans les sacro-saintes subventions. Passer en « BIO », pour vivre de son travail, demande beaucoup plus de démarches et de formations que d’utiliser les poudres de perlimpinpin fournies par les laboratoires et préconisées par divers techniciens.
Les agriculteurs devront s’investir dans les techniques, parfois changer de races et de variétés, revoir les produits à commercialiser, souvent les transformer et comprendre les véritables besoins des consommateurs pour mettre en place d’autres modes de distribution.
Pour développer un « BIO citoyen », il faudra continuer à être inventif, en production, en transformation et en distribution. Les consommateurs ont besoin des producteurs pour mettre en place un nouveau développement, mais l’inverse est vrai également.

Il n’y a pas un modèle unique de développement pour nos fermes. Il y a des modèles de développement des productions, des transformations ainsi que dans les relations avec les consommateurs.

L’apport de Plein Air Concept

À son niveau Plein Air Concept participe activement en innovant dans des matériels et des techniques d’élevage d’avant-garde en accord avec L’Élevage Respectueux®, et également en aidant aux développements et installations progressifs qui apportent une sécurité indispensable à l’éleveur.

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à prendre contact avec nous soit en remplissant le formulaire ci-dessous, soit en nous téléphonant au (+33 0)4 73 54 26 00.

Respectueusement,

Jean-Marie GIBELIN
Fondateur et gérant de Plein Air Concept

Nous contacter



Suivre la vie du site RSS 2.0 Plan du site Espace privé Mentions légales Crédits SPIP