nuage nuage

Recherche dans le site

La pratique du bio

jeudi 5 juin 2008, par LM


La base de l’agriculture biologique est le respect des équilibres naturels en excluant notamment le recours aux :
- pesticides,
- engrais chimiques de synthèse,
- conservateurs ou colorants artificiels,
- semences OGM,
- traitements allopathiques systématiques pour les animaux…

La pratique de l’agriculture biologique implique donc de bien connaître le fonctionnement naturel des espèces (végétales ou animales) ainsi que les moyens naturels de lutte afin de les optimiser et cultiver ou élever efficacement sans l’aide de l’agro-chimie.

Pour les cultures, le principe fondamental est la rotation des cultures et la réutilisation des matières organiques. Le cultivateur biologique doit donc maîtriser la culture de plusieurs plantes, on parle alors de polyculture.
L’agriculteur conventionnel se concentre généralement sur une seule plante (blé, maïs…), on parle dans ce cas de monoculture.

L’éleveur bio est à l’écoute de la nature et de la terre, recherche le bien-être des animaux et le respect de leur rythme de vie. L’exigence d’utiliser de l’aliment bio pour les animaux implique souvent un activité de culture bio sur l’exploitation. L’élevage bio requiert donc de grandes connaissances tant en agronomie qu’en zootechnie ! Le choix des races est fait en fonction de l’environnement et des conditions climatiques. Une démarche qui contribue à la pérennité des lignées et limite les risques de maladies, chaque race ayant été sélectionnée pour résister aux agressions d’un milieu donné.
En outre, les animaux des élevages biologiques ont obligatoirement un parcours à l’extérieur. Ils disposent d’un large espace, en plein air comme en bâtiment.

Comment cela se passe-t-il concrètement ?

L’équilibre naturel prévoit un prédateur pour chaque parasite. Ainsi, les coccinelles se régalent des punaises des céréales, tandis que le hérisson fera son festin des limaces du potager. Ces animaux font partie des armes des agriculteurs biologiques, comme la combinaison d’espèces qui se protègent mutuellement contre les parasites.
En effet, les plantes interagissent entre elles : l’odeur des poireaux chasse les mouches des carottes, tandis que l’odeur des carottes fait fuir les papillons qui pourraient être à l’origine de vers parasitant les poireaux ... un cercle vertueux et totalement naturel !

Les autres remèdes utilisés en agriculture biologique sont ceux extraits des végétaux : homéopathie et aromathérapie.
Il en est de même pour l’élevage biologique dans lequel les seuls traitements utilisés sont l’homéopathie et la phytothérapie. Cela évite de consommer régulièrement des doses d’antibiotiques ou d’hormones de croissance précédemment ingérées par l’animal et aux sols d’être pollués par des excréments chargés en produits chimiques de synthèse.



Suivre la vie du site RSS 2.0 Plan du site Espace privé Mentions légales Crédits SPIP