nuage nuage

Recherche dans le site

Accueil > L’Élevage Respectueux® > L’Élevage Respectueux® en (...) > Élevage de porcs en Bâtiments Respectueux

Élevage de porcs en Bâtiments Respectueux

dimanche 3 juin 2007, par LM

À l’invitation de Plein Air Concept, un groupe d’une quinzaine de personnes comprenant des éleveurs, des techniciens de groupements et des journalistes de la presse agricole a participé, le 22 février 2007, à une journée de présentation de la gamme Bâtiment Respectueux au GAEC « Les Bruyères » à La Faurie (Saint-Hilaire les Courbes – Corrèze).


Grâce à l’aimable collaboration de Messieurs Hernandes et Chaumeil associés du GAEC "Les Bruyères", les participants ont pu découvrir les toutes nouvelles installations de l’élevage porcin (le GAEC comprend aussi un élevage de vaches limousines) avec :

- Un bâtiment pour truies gestantes,
- Un Technimat, bâtiment maternité particulièrement innovant primé lors des Sommets d’Or 2006,
- Un bâtiment d’engraissement (en cours de construction à la date de la visite et réalisé depuis).

Points évoqués lors de la visite

Les raisons du choix de Messieurs Hernandes et Chaumeil en faveur des bâtiments Respectueux de Plein Air Concept

Messieurs Hernandes et Chaumeil travaillaient depuis 2000 en plein air avec des Technigîtes. Ils étaient satisfaits des résultats, mais les conditions climatiques (altitude de 700 m, 40 jours de gel / an, neige abondante, très forte pluviométrie 1500 mm / an) rendait les conditions de travail difficiles. Ils excluaient de passer en bâtiment conventionnel, mais réfléchissaient depuis quelque temps au moyen de garder les Technigîtes® tout en se protégeant des désagréments du climat extrême. C’est donc tout naturellement qu’ils ont décidé de s’équiper avec la gamme Bâtiment Respectueux lorsqu’ils ont pris connaissance et étudié le projet sur lequel a travaillé Plein Air Concept® pour le pôle porcin durable du lycée agricole de Bonnefont (Haute-Loire).

En plus de la protection des intempéries, les bâtiments permettent une surveillance difficile à réaliser en plein air (l’éloignement des Technigîtes® ne permettait pas la surveillance).

Le choix d’un fonctionnement en 4 bandes

Cette option à été retenue pour un fonctionnement des engraissements en « tout plein / tout vide ». Cela permet d’avoir des pôles de travaux très déterminés et concentrés afin de faciliter la surveillance et de bénéficier de périodes creuses.

Le Bâtiment Respectueux Reproduction-Gestantes

Actuellement en insémination artificielle, il est prévu le prélèvement. Seuls restent les verrats entre les lots. Les truies ne restent en place que pendant la période à risque de perte embryonnaire.

Le Bâtiment Respectueux Maternité (Technimat)

Ne peut fonctionner qu’avec des truies à l’origine libres en gestation (voir aussi plus loin). Nécessite des truies matures (de 12 à 14 mois) introduite au moins 6 jours avant mise bas (familiarisation avec l’environnement de l’unité maternité). Il n’est pas nécessaire et même déconseillé de désinfecter le bâtiment avant l’introduction des truies (afin de ne pas rompre l’équilibre bactériologique du bâtiment).

L’importance de préparation du pré-troupeau

Le premier troupeau a rencontré des problèmes d’adaptation sur lesquels Jean-Marie Gibelin revient. Il est primordial que les animaux aient tout d’abord un physique correct (donné par la qualité d’élevage avant l’arrivée, en quarantaine puis par la suite) grâce à :

- Des sols variés : les sols totalement mous comme la litière accumulée empêchent le développement correct des cartilages (ce qui crée un porte d’entrée microbienne) et les sols trop durs usent peau et onglons (d’ou des blessures, autre porte d’entrée microbienne),
- Une surface suffisante disponible par animal : développement osseux et musculaire suffisant en volume et puissance pour faire face aux besoins de productions (capacité d’ingestion, quantité de lait, ovulation, fixation embryonnaire...),
- Un volume suffisant : bâtiment avec un coté ouvert (permet un développement pulmonaire suffisant et la suppression du mycoplasme sans vaccin…).

Pour que les animaux aient un comportement équilibré, le développement psychique doit aussi être assuré. Le fonctionnement du cerveau débute dès la mise bas, se développe avec les stimuli rencontrés et influence directement la vie immédiate et future :

- au travers du fonctionnement hormonal (croissance et reproduction),
- lors des grands moments de la vie (relations sexuelles, nidification, comportement social, protection des petits, de l’espèce…).

Le travail de l’éleveur

Travailler dans des bâtiments semi-ouverts, donc bien aérés, comme les Bâtiments Respectueux, offre un environnement confortable et sain à l’éleveur. La conception en zones clairement définies facilite le travail et son organisation. Le respect du comportement animal requiert des connaissances sur l’espèce et les individus du troupeau. Non stressés, les animaux ont un comportement clair mais aussi réfléchi, intégrant l’éleveur dans leur environnement et pouvant varier d’un individu à l’autre. En l’absence des compétences requises, ces différences de comportement rendent le travail plus difficile qu’en élevage traditionnel. Les éleveurs qui choisissent ce type d’élevage sont, comme Messieurs Hernandes et Chaumeil, des éleveurs qui ont mûri leur projet et avaient ou ont acquis ces compétences.


Vous désirez rencontrer un éleveur travaillant avec les techniques et les équipements Plein Air Concept ? Avec plus de 1000 clients en France, il y en a sûrement un installé près de chez vous. Prenez contact avec nous.

4 Messages

  • Visite du GAEC "Les bruyères"

    10 février 2009 17:02

    resultats techniques ?!

  • Visite du GAEC "Les bruyères"

    11 mars 2009 10:30, par LM

    Pour répondre à cette injonction anonyme, nous aimerions tout d’abord préciser que :

    1. Le Gaec des Bruyères est le premier élevage équipé avec la gamme Bâtiments BIEN-ÊTRE après les tests sur prototypes. Si les bâtiments Post-sevrage et Engraissement fonctionnent bien, le bâtiment Maternité a connu un démarrage difficile, avec notamment des pertes sous la mère plus importantes que prévues (principalement à cause d’un problème de température). Grâce à la confiance des éleveurs, nous avons travaillé en étroite collaboration pour trouver des solutions sur le long terme et la maternité devrait fonctionner de manière satisfaisante d’ici la fin de l’année 2009.
    2. Il faut savoir ce que l’on entend par « résultats techniques » : est-ce un élément que l’on ressort de son contexte comme l’IC (indice de consommation), le GMQ (gain moyen quotidien) ou le nombre de sevrés et le tout avec quelle référence ?
    3. Les résultats techniques, comme tout résultat chiffré doivent être accompagnés d’une analyse pour ne pas leur faire dire n’importe quoi.
    4. Enfin les résultats techniques n’ont d’intérêt que s’ils permettent de générer des résultats économiques corrects, l’insertion environnementale, la qualité de travail, l’indépendance de l’entreprise… et ne doivent en aucun cas être une finalité !

    C’est pourquoi nous estimons qu’au-delà des résultats techniques, c’est le fonctionnement global de l’exploitation qui importe. Une exploitation respectueuse fait vivre les personnes qui y travaillent dans de bonnes conditions (respect des éleveurs), permet d’élever sans agression (respect des animaux), contribue à produire avec un bilan carbone acceptable, très peu ou pas de produit chimique (respect de l’environnement) des aliments goûteux et sains (respect du consommateur) et ceci sans piller les pauvres (respect de l’autre).

    Dans le cas du Gaec des Bruyères et si les éleveurs nous y autorisent, nous envisageons communiquer un bilan global stabilisé à la fin de l’année 2009.

    A l’inverse en se polarisant sur les seuls résultats techniques, on est souvent conduit à mettre en œuvre des techniques contestables, comme :
    - Couper les queues et limer les dents pour diminuer les conséquences de l’agressivité d’animaux maltraités ;
    - Avoir comme seule possibilité l’insémination, car les truies ne peuvent plus tenir un verrat ;
    - Ne développer que les races qui correspondent au besoin de la grande distribution ;
    - Ajouter des antibiotiques dans l’alimentation et l’abreuvement des animaux pour éviter de se préoccuper des infections liées à la sur-densité ;
    - Ajouter des produits reconnus comme toxiques (conservateurs, colorants…) pour maîtriser la transformation d’une production de qualité médiocre ;
    - Pousser les consommateurs à acheter des produits qui provoquent cholestérol, cancers ou allergies… pour s’assurer des débouchés ;
    - Imposer la spécialisation de chaque acteur de la filière pour en verrouiller le fonctionnement (en recourant sans retenue à du transport polluant et sans respect pour les animaux réduits à l’état de simples marchandises).

    Les techniques issues d’une approche respectueuse de tous sont exigeantes mais bien plus intéressantes à connaître et à pratiquer et font appel à des notions que les écoles d’agriculture n’enseignent encore que timidement : le fonctionnement de la nature, donc de la vie de notre planète et les relations entre les êtres vivants contribuant à son équilibre global…
    Avec l’Élevage Respectueux, Plein Air Concept a développé des techniques qui contribuent à maintenir cet équilibre pour l’avenir de nos enfants.

  • Élevage de porcs en Bâtiments Respectueux

    30 novembre 2010 17:02, par carole la luciole

    Bien dit :D Toutefois où pouvons-nous trouver la rapport de 2009 dont il était question ici ?

  • Élevage de porcs en Bâtiments Respectueux

    28 janvier 2011 13:17, par LM

    Nous sommes malheureusement dans l’impossibilité de fournir un rapport avec un bilan chiffré, car le bâtiment maternité du Gaec des Bruyères a été réaménagé fin 2009 et l’éleveur ne nous a pas communiqué de chiffres, ni avant ni après la transformation du bâtiment qui ne fonctionne donc plus selon le principe du Technimat.
    Les autres bâtiments (gestantes, post-sevrage et engraissement) continuent de fonctionner tels quels.

    À défaut de fournir des chiffres, nous pouvons revenir sur les problèmes rencontrés et expliquer leur origine.

    Les problèmes rencontrés
    Rappelons tout d’abord, que l’élevage porcin des Bruyères a fonctionné en plein air de 2000 à 2007 avec 40 truies en Élevage Respectueux.
    Les résultats de l’élevage (maternité + engraissement) étaient très satisfaisants, mais les conditions climatiques (altitude de 700 m, 40 jours de gel / an, neige abondante, très forte pluviométrie 1500 mm / an) rendaient les conditions de travail difficiles. D’où la décision de l’éleveur de passer à un élevage en bâtiment qui préserve le plus possible la logique de l’Élevage Respectueux.
    Or les résultats obtenus en maternité sur les 12 premiers mois n’ont pas été à la hauteur de qu’ils auraient dus être à cause d’une mortalité anormale des porcelets :
    - à la naissance et dans les heures qui suivaient la naissance (une partie des porcelets ayant trop froid ne pouvait s’allaiter suffisamment rapidement et mourrait d’hypothermie),
    - par écrasement, car toujours à cause du froid, des porcelets blottis contre la truie étaient écrasés au moindre mouvement de cette dernière.

    Pourquoi ces problèmes dus froid ?
    Le Technimat est un bâtiment dont l’enveloppe, partiellement ouverte pour obtenir un état sanitaire satisfaisant, est complétée par des Technigîtes simplifiés pour abriter chaque truie et sa portée. Cette conception, qui fait tout l’intérêt du Technimat, demande de bien respecter l’équilibre entre la nécessaire ouverture de l’enveloppe et l’indispensable protection des porcelets dans les tous premiers jours suivant la mise bas.

    Dans le cas du Gaec des Bruyères, l’ambiance du Technimat a pâti de certains choix ou détails de construction du bâtiment :
    - Absence d’isolation de la dalle de sol en béton aux emplacements des Technigîtes Maternité. Cette isolation partielle est nécessaire, car la température d’une dalle béton au sol n’est pas régulée comme c’est le cas pour la terre sous un Technigîte installé en plein air ;
    - Fortes irrégularités à la surface de la dalle béton, ce qui entraînait des courants d’air importants à la base des Technigites Maternité ;
    - Absence du bardage en bois qui sert de brise-vent et brise-soleil au dessus du muret sur le coté ouvert du bâtiment ;
    - Insuffisance du chauffage dans les Technigîtes Maternité, car pour ne pas modifier le contrat d’électricité de l’exploitation et l’éleveur n’ayant pas voulu de l’alternative de radiants au gaz, il a été installé des radiants de seulement 150 W , alors que Plein Air Concept préconise une puissance d’environ 900 W à la naissance, diminuée progressivement jusqu’à 300 W suivant la température extérieure.

    La décision de l’éleveur
    La solution aux problèmes rencontrés nécessitant des travaux importants, l’éleveur a préféré transformer le bâtiment pour passer en maternité industrielle : fermeture complète du bâtiment, caillebotis intégral, surface réduite par portée et truie bloquée.

    Notre avis
    Tout en comprenant le dilemme auquel était confronté l’éleveur, nous ne pouvons que déplorer ce changement de cap qui ne lui permet plus de bénéficier de la rusticité des porcelets pour le post-sevrage puis l’engraissement et qui se traduit par une régression du bien-être des truies et des porcelets.

    Les difficultés rencontrées montrent que nous avons sous-estimé l’effort de dialogue et de pédagogie nécessaire pour bien expliquer l’importance des différences entre l’Élevage Respectueux en bâtiment et l’élevage industriel, tant au niveau de l’approche que des pratiques. Ceci d’autant que, dans le cas présent, la mauvaise application ou une application partielle de nos recommandations se solde par une modification coûteuse du bâtiment (même si Plein Air Concept a convenu avec l’éleveur de reprendre les équipements intérieurs du Technimat à l’exception des Technigîtes Maternité qui ont déjà été vendus).

    L’évolution
    Plein Air Concept a donc décidé d’être, à l’avenir, plus explicite sur les mesures à prendre et vigilant quant à leur application. L’Élevage Respectueux obéit, en bâtiment comme en plein air, à une logique d’élevage totalement différente de celle appliquée dans les élevages industriels . Cette logique repose sur un ensemble de points cohérents entre eux et dont le non respect ou la non application entraîne un déséquilibre catastrophique.

    Enfin, cette première expérience nous a permis d’affiner plusieurs détails du Technimat dont vont bénéficier nos clients de la gamme Bâtiments Respectueux.



Suivre la vie du site RSS 2.0 Plan du site Espace privé Mentions légales Crédits SPIP